Des milliers d'écoliers français ont été ravis d'apprendre il y a quelques temps que les vacances de la Toussaint dureraient 2 semaines pleines cette année. Je vais vous dire un secret, les profs aussi ! Et voici comment j'ai occupé ces 15 jours

Tout commençe par un week-end dans la Manche, histoire de se laisser gâter par pôpa et môman :-) Le temps n'est pas au beau, il est même tout ce qu'il y a de plus normand. Mais on en profite pour s'offrir une boisson chaude à La Marine  à Carteret. Le cadre est un peu chicos, mais le service est aimable et efficace. Les prix ne sont pas aussi élevés qu'on pourrait le croire (4€ pour un chocolat chaud servi au pichet, de quoi remplir 2 belles tasses) et le cappuccino est parfait. 

1 - Cherbourg (1)

1 - Cherbourg (10)1 - Cherbourg (12)

Je pars ensuite pour Reims, l'objectif de ces vacances étant de les passer avec mon pacsou, pas avec mes parents (désolée pour eux). On passe nos premiers jours à bosser (oui les profs travaillent pendant les vacances :-) et ensuite nous filons sur Paris. Car à Paris se tient le ...

2 - Salon du chocolat (3)2 - Salon du chocolat (52)

2 - Salon du chocolat (20)2 - Salon du chocolat (42)

... salon du chocolat, vous l'aurez sans doute deviné. C'est beau et bon. On se régale gratuitement de bonnes choses (à condition d'avoir payé les 13€ d'entrée) à presque tous les stands.  

2 - Salon du chocolat (23)2 - Salon du chocolat (40)

2 - Salon du chocolat (41)2 - Salon du chocolat (43)

2 - Salon du chocolat (46)2 - Salon du chocolat (5)

 A quelques rares stands il faut payer pour goûter ; au début on résiste mais on finit par craquer devant le bar à mousse. C'est dense, mais qu'est-ce que c'est chocolaté ! incroyable ! 

2 - Salon du chocolat (10)2 - Salon du chocolat (11)

 A ce moment on n'a plus vraiment faim, mais on ne peut pas s'empêcher de goûter aux délicieuses préparations de Christophe Felder lors de sa démo de pâtisserie : un chocolat chaud ultra gourmand crème + chocolat à pâtisser fait à la casserole (pas light du tout, tellement épais de texture que la paille se bouche, mais vraiment trop trop bon) ainsi qu'une bouchée faite de meringue, de crème chantilly aux spéculoos et enrobée de chocolat (un délice, un vrai nuage dans la bouche, juste hyper par pratique à manger avec seulement ses doigts et sans serviette). 

2 - Salon du chocolat (34)

2 - Salon du chocolat (30)2 - Salon du chocolat (33)

2 - Salon du chocolat (36)

Là vraiment on n'a plus faim. On quitte donc le salon du chocolat pour cette année. Pour être honnête, on a eu notre dose de chocolat et il se passera même quelques jours avant que l'on ait à nouveau envie d'en manger.

Direction la Paris Games Week, qui se tient en même temps et en face du salon du chocolat. Décidément ce n'est pas mon monde, mais mon Pacsou a bien le droit lui aussi à son salon !

3 - Paris Games Week (4)

Le soir venu, nous avons retrouvé un semblant d'appétit. Direction le bistrot "Terroir Parisien" du chef trois étoiles de l'hôtel Meurice Yannick Alleno. Trois mots pour résumer notre sentiment après ce repas : DECEPTION, DECEPTION, DECEPTION !!!

  • Le cadre : moderne et chaleureux, un grand comptoir, une cuisine ouverte, on adore. Mais il n'y  bien que cela qu'on adore.

4 - Terroir Parisien (7)4 - Terroir Parisien (3)

4 - Terroir Parisien (4)4 - Terroir Parisien (9)

  • Le service : expéditif ! A peine sommes nous installés que la serveuse, gentille au demeurant, vient prendre notre commande pour l'apéritif et les plats (après le salon du chocolat on ne se sentait pas de prendre une entrée). Nous commandons donc deux verres deux rosés pour l'apéritif et nos plats. Nos verres de vins arrivent, et deux minutes après nos plats. Quelqu'un aurait-il envie de nous mettre dehors parce que nous n'avons pas pris d'entrée ? Sans compter que j'ai pris comme plat du lièvre à la royale et que le rosé est loin d'être le vin idéal pour accompagner ce plat.
  • Les plats : Bons, il n'y a pas de doute à ce sujet. Mais je me souviens avoir vu Monsieur Alleno dans Top Chef sur M6, sur une épreuve de présentation parce que soi-disant c'est son truc. Alors peut-être pour les clients du Meurice, mais pas pour les clients du bistrot. L'intitulé de mon plat est "Lièvre à la royale, pâtes crémeuses" et il coûte 35€. Pas de souci sur le prix, on a décidé de se faire plaisir. Je m'attends à quelques choses d'assez copieux, à des pâtes aux oeufs faites maison, nappés d'une bonne sauce à la crème. Je ne m'attends pas du tout à voir arriver 5 pâtes Panzani autour d'un bout de viande. Dans l'assiette de mon Pacsou, c'est le même constat : 2 patates à l'eau se battent en duel autour d'un morceau de dorade. Pour tout avouer, en rentrant à pied à l'hôtel nous nous sommes achetés des fruits sur le chemin car nous avions encore faim.

4 - Terroir Parisien (11)4 - Terroir Parisien (13)

  • Les desserts : basiques, pas exceptionnels. Nous nous sommes dits en les mangeant que les bons petits desserts de nos mamans nous procuraient bien plus de plaisir et d'émotions. Ce n'était même pas gourmand.

4 - Terroir Parisien (14)4 - Terroir Parisien (15)

  • Le prix : 90€ pour deux, on ne s'attendait pas à moins, mais pour ce prix là on s'attendait à mieux. On a bien l'impression de s'être fait avoir et d'avoir juste payé pour le nom de Mr Alleno. Nous n'y avons passé qu'une heure, 1€50 la minute ça reste un peu en travers de la gorge. Car on n'est quand même pas millionaires, parce qu'on ne va pas dans ce genre de resto tous les jours, parce qu'on s'est fait avoir.

Cela fait déjà un billet assez long, et je vous raconterai la suite de mes escapades de la Toussaint dans un prochain post. Avec entre autres un resto exceptionnel où déguster une cuisine de chef 3 étoiles pour seulement 15 euros. Comme quoi !